Dimitri Casali

Dimitri Casali est un historien français, né en 1960 à Constantine. Largement reconnu pour ses connaissances historiques, il est notamment expert de Napoléon pour lequel il a consacré sa thèse et tant d’autres projets. Retour sur sa carrière qui n’a pas exactement commencé comme on pourrait l’imaginer.

Une jeunesse marquée par la musique

Né en Algérie, à Constantine, Dimitri Casali est aussi d’origine italienne de par son père. Quand il arrive en France, à Toulouse, il est âgé de deux ans seulement.

Il suit alors une scolarité classique, du collège Émile Zola jusqu’au lycée Berthelot où il y obtient un bac B économique. Il décide ensuite de s’orienter vers des études universitaires d’Histoire en 1980…  Avant de tout plaquer pour la musique !

Si l’Histoire est une grande passion, il en possède une autre pour laquelle il se jettera à corps perdu 10 ans durant. En 1979, toujours lycéen, Dimitri Casali est musicien dans un groupe de pop commercial nommé Apple Pie. Après quelques projets, dont un 45 tours et un succès local intéressant, le groupe se renomme Huit et demi.

Dimitri Casali et son groupe Apple Pie, en 1982

En 1985, les choses deviennent sérieuses et ils s’exportent en Angleterre ! Ils sont signés par CBS Londres sur le prestigieux label Epic, dirigé par Muff Winwood. Les débuts sont prometteurs, mais le succès tarde à véritablement se matérialiser. Dimitri Casali et ses amis sont contraints de retourner à Paris pour rebondir. Malgré quelques titres avec EMI-France, la musique ne lui permet pas de vivre de son art. il doit trouver un métier plus stable.

Dimitri Casali, professeur créatif

Dimitri Casali se tourne alors vers son rendez-vous manqué après le bac : l’Histoire. Il s’engage en 1992 dans la faculté de Paris IV-la Sorbonne. Il y réussit avec brio (mention TB) une maîtrise sous la houlette de son mentor Jean Tulard.  Son sujet de mémoire s’articule autour de sa passion de jeunesse :  » Le mythe musical napoléonien où Beethoven et Berlioz côtoient Dire Straits et Elvis Costello.  »

Diplômé, il devient alors professeur dans un collège de ZEP. Devant la difficulté de certains élèves à s’intéresser à l’Histoire, lui vient alors l’idée d’utiliser la musique. Son passé de musicien lui permet de composer des cours en chanson. L’engouement est réel et les jeunes sont réceptifs. Dimitri Casali parvient même à vendre jusqu’à 2.000 exemplaires de sa méthode musicale…

 

Le ministère n’y est pourtant pas favorable. Un courrier du CNDP (Centre national de documentation pédagogique) lui enjoint d’éviter de « mélanger les carottes et les navets ». Ce coup d’arrêt lui permet de faire mûrir une réelle réflexion autour de l’Histoire en musique. Le concept d’ « Historock » est né mais il ne convainc pas outre mesure malgré plusieurs soutiens de poids. Nous sommes alors en 1997, il restera professeur jusqu’en 2003.

20 ans plus tard, en 2017 donc, son groupe trouve grâce auprès du producteur Marc Geoffroy et de France Productions. Un nouveau CD sera enregistré : Napoléon l’opéra Rock. Le spectacle musical met en scène plusieurs figures historiques du passé, en chansons. Une quinzaine de concerts ont déjà été donnés dans l’hexagone mais aussi en Allemagne : Bonn, Paris, Fontainebleau, Ajaccio, Troyes etc.

Auteur et historien

Outre la guitare, Dimitri Casali manie également très bien la plume. Il est, en effet, l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages historique.

Avec son condisciple et ami à Paris-IV, Antoine Auger, ils écrivent de nombreux livres destinés à la jeunesse. En 2006, par exemple, il publie une méthode intitulée Les Univers, qui met en avant l’analyse des documents et des images dans les écoles élémentaires. Beaucoup d’instituteurs soutiennent cette démarche.

Il ne délaisse pas, pour autant, un lectorat plus âgé. Dimitri Casali a vendu plus de 40.000 exemplaires de son livre très complet écrit avec Antoine Auger et Jacques Garnier, Napoléon Bonaparte, aux éditions Larousse en 

Récemment, Dimitri Casali a été l’auteur de deux ouvrages qui nous permettent de mieux comprendre le présent, grâce au passé. Avec Jean-François Chemain, il revient avec ce « Petit manuel » sur vingt valeurs et repères qui ont construit la France depuis 2 000 ans.
Toutefois, il pointe La Longue Montée de l’ignorance dans notre pays, aux Éditions First. Il identifie un paradoxe coupable d’une société ultra-connectée, où l’accès au savoir n’a jamais été aussi puissant, mais qui dans le même temps, voit une montée des théories du complots et de l’obscurantisme…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *