Tous les articles par editeur16

rgo-paris-france

Toitures et façades : différentes techniques de démoussage avec RGO Paris

Les beaux jours s’apprêtent à pointer le bout de leur nez ! Bonne nouvelle si vous envisagez de faire des travaux dans votre maison : c’est le moment idéal pour s’attaquer à vos extérieurs ou, mieux encore, à votre toit et à votre terrasse. Relooking, réparation, nettoyage… Il y a du travail pour enlever les mousses et les lichens accumulés sur ces surfaces ces derniers mois. Pour y parvenir, rien de tel que le démoussage. Retroussez vos manches ! Rénovation Grand Ouest (aussi appelée RGO et basé à Paris en France), spécialiste en la matière nous dévoile quelques techniques pour venir à bout de tous ces parasites.

rgo paris

Vous attendez avec impatience le retour du printemps ? Nous vous comprenons. Qui dit soleil et chaleur, dit aussi travaux à réaliser en extérieur. Tout un programme pour certains. Terrasse, jardin, allée… Et pourquoi pas le toit et la façade ? Un rafraîchissement ne leur ferait certainement pas de mal après de longs mois de froid, de pluie, mais aussi de neige et de gel. Principal défi : les mousses et lichens qui ont colonisé votre toit et vos murs.

D’où vient la mousse ?

Tout revêtement se détériore et peut un jour être envahi par la mousse, le lichen ou tout autre intrus biologique. Les causes sont simples : manque de soleil, faible inclinaison du toit, humidité… Ces salissures causent des dommages importants à votre toit : elles retiennent l’eau de pluie et la rosée, ce qui rend vos tuiles poreuses. Ces dernières finissent par se fissurer, et les mousses qui se détachent du toit lors des intempéries finissent dans les gouttières. Dégâts en perspective…

RGO Paris : Dissimuler sa toiture, une affaire de premier ordre ?

L’objectif du démoussage est de décaper la couche de végétation qui a envahi votre toiture et d’empêcher son retour. Le démoussage convient à tout type de toiture (inclinée, plate ou même arrondie) et à tout type de bâtiment (maisons individuelles, écoles ou administrations…). Qu’il s’agisse de tuiles en terre cuite, en ciment, en ardoise ou en lauze, ou d’une toiture en bois ou végétale, un entretien régulier (au moins une fois par an) est vivement recommandé pour éviter les mauvaises surprises. Si vous voulez vous lancer vous-même dans l’aventure du démoussage, mieux vaut avoir un toit ni trop pentu ni trop haut (pas plus d’un étage). Dans le cas contraire, il est préférable de faire appel à un professionnel. Ce dernier saura directement quel produit appliquer en fonction du type de votre toit et du matériau. Vous obtiendrez ainsi un résultat idéal.

Le kit du parfait “dégorgeur”.

Si vous décidez de vous lancer seul dans l’expérience du démoussage de votre toit, équipez-vous d’un matériel basique mais indispensable. Prenez une échelle de toit, une brosse, un harnais de sécurité, un pulvérisateur et, si nécessaire, un nettoyeur haute pression.
Portez également des gants, des lunettes de protection, un masque ou des chaussures antidérapantes pour votre sécurité. Assurez-vous que les conditions météorologiques sont favorables (temps sec, pas de vent…) et que votre toit est dans un état acceptable. Enfin, assurez-vous d’avoir un minimum de savoir-faire, et surtout de ne pas avoir le vertige. Si votre toit est en ardoises, évitez de marcher dessus : cela pourrait endommager ce matériau réputé fragile.

N’attendez pas que votre toit soit complètement envahi par des substances végétales pour vous y attaquer. En répétant régulièrement l’opération, vous éviterez des traitements plus importants et donc plus coûteux.

RGO Paris : “Un bon démoussage équivaut à une dizaine d’années de tranquillité !”

Évitez les techniques trop agressives

Pour bien dégraisser votre toit, commencez par enlever les débris qui obstruent les gouttières. Brossez ensuite les mousses et les lichens présents sur votre toit avec une brosse rigide et de l’eau chaude. Rincez à basse pression et pulvérisez un antimousse ou un fongicide du haut vers le bas de votre couverture. Pour les toits, il vaut mieux éviter l’eau de javel ou tout autre produit corrosif qui pourrait endommager les tuiles.

Le nettoyage à haute pression, efficace pour le toit ?

RGO Paris : Pas forcément. Il attaque les saletés, mais il peut provoquer des infiltrations d’eau sous les tuiles et réduire leur étanchéité. Si le résultat est immédiat, il n’est en aucun cas durable.

La méthode du fil de cuivre

Pour nettoyer votre toit, la technique artisanale du fil de cuivre a toujours la cote. Le cuivre se dissout dans l’eau pure. Cette eau pure se trouve dans l’eau de pluie et la neige. Il suffit de placer un fil de cuivre en hauteur sur votre toit. Il se dissoudra en cas d’intempéries et ses ions seront dispersés sur le toit, ce qui éliminera les mousses et les lichens. Cette technique peut être utilisée à tout moment, avant ou après un démoussage classique. Installez le fil avec un matériau adhésif, de préférence lorsque les températures sont douces et qu’il n’y a pas de vent.

Extrêmement durable, discret, économique et souvent écologique, le cuivre a néanmoins un inconvénient : il endommage le zinc. Évitez cette technique si vos gouttières sont en zinc. Au contact de l’air, le cuivre s’oxyde, formant le “vert-de-gris” pas toujours très esthétique.

Défigurer sa façade, pourquoi ?

On n’y pense pas forcément mais le démoussage s’applique aussi à tous les éléments directement exposés aux agressions atmosphériques, y compris vos façades. Dans quel but ? Entretenir votre bâtiment, maintenir l’extérieur de celui-ci en bon état et le protéger des agressions.
En effectuant cette action de temps en temps, vous soustrayez vos murs extérieurs à tous les parasites biologiques comme les mousses et les champignons qui causent beaucoup de dégâts. Ces sols retiennent l’humidité et fragilisent votre revêtement, surtout lorsque le gel fait son apparition.

A long terme, l’étanchéité et l’isolation de votre façade sont menacées. Votre maison devient de plus en plus terne, plus sombre, plus sale.

Rénovation et revente

Les avantages du démoussage sont nombreux. Vous souhaitez rénover votre façade ? Nettoyez-la d’abord. Une fois celle-ci débarrassée des éventuels intrus biologiques, il sera plus facile d’identifier les problèmes de protection à corriger et les réparations à effectuer.

RGO Paris : “Si vous envisagez de vendre votre maison, sachez que vous aurez plus de chances de trouver un acheteur si votre façade et votre toiture, sont comme neuves !”

Quel démoussage pour votre façade ?

Avant de démousser vos murs extérieurs, considérez plusieurs critères : l’état de votre façade, le type de revêtement, la taille ou le budget disponible. Ceux-ci vous permettront de trouver quelle technique de démoussage est la meilleure.
Si certaines sont plus faciles à réaliser par vos propres moyens, d’autres nécessiteront l’expertise d’un professionnel. Une fois vos murs nettoyés, prévoyez l’application de produits hydrofuges ou anti-mousse.

Le gommage

Cette solution consiste à projeter sur votre mur des poudres fines sans eau et non corrosives. Ces poudres n’attaquent pas votre façade. L’hydrogénation est basée sur le même principe sauf que dans ce cas, la poudre est mélangée à de l’eau. Le nettoyage se fait à basse pression pour protéger le revêtement. L’eau empêche la dispersion de la poussière.

Pour un résultat spectaculaire : l’eau de Javel

Diluez-la à moitié dans de l’eau et projetez-la. Vous obtiendrez immédiatement un résultat satisfaisant. Adieu moisissures et champignons ! Votre façade noircie redevient impeccable. Attention, si cette méthode est particulièrement efficace, elle est également néfaste pour l’environnement mais aussi pour votre revêtement qui devient de moins en moins étanche.

Le nettoyage haute pression

Pour être sûr de vous débarrasser de toutes les saletés qui envahissent vos murs, optez pour le nettoyage haute pression. Cette technique particulièrement agressive consiste à jeter de l’eau sur vos façades les plus touchées. Pour venir à bout des mousses et des moisissures, appliquez d’abord des produits destinés à ramollir les sols biologiques. Au bout d’une demi-heure, rincez avec un jet à haute pression. Veillez à adapter la pression à votre revêtement.

Traitements complémentaires

Si le démoussage a déjà fait ses preuves comme technique efficace pour remettre à neuf votre toiture et vos façades, sachez que pour un résultat encore plus efficace et durable, des traitements complémentaires sont nécessaires et recommandés. Une fois votre toit propre et débarrassé de tous ses parasites, pensez à isoler. Votre toit sec sera beaucoup plus isotherme que votre toit humide. Une économie supplémentaire pour votre porte-monnaie.

Après avoir appliqué les produits hydrofuges et anti-mousse, attaquez vos gouttières et libérez-les des débris végétaux accumulés après les avoir démoussées.

Pour plus d’informations concernant RGO Paris, cliquez ici.

Pour tout savoir de la rénovation, n’hésitez pas à suivre Rénovation Grand Ouest sur les réseaux sociaux : Pinterest, Soundcloud, Twitter et Facebook.

Eric Doutrebente, le financier atypique

De prime abord, rien ne laisse présumer qu’Eric Doutrebente soit un magnat de la finance. La chemise hors du pantalon, le regard chaleureux, le sourire cordial… Il est très loin de l’image de requin qui colle à la peau des gestionnaires de fonds. Et pourtant, en dépit de son air débonnaire, il est l’une des figures de la finance européenne.

Le secret du succès d’Eric Doutrebente

Même si vous avez volontairement cliqué sur ce lien, il y a de fortes chances pour que vous vous interrogiez sur l’identité d’Eric Doutrebente. En même temps, il faut reconnaître que ce tranquille père de famille n’est pas un aficionado de la presse people.

Si son nom est connu dans le monde feutré de la finance parisienne, c’est à cause des performances exceptionnelles de la société qu’il a fondée : la Financière Tiepolo. Agréée par l’Autorité des marchés financiers (AMF), la compagnie a à cœur de faire fructifier les actifs de ses clients.

Grâce à l’expertise de ses 25 collaborateurs, il analyse sans cesse le marché, guettant la moindre possibilité d’investissement. En se basant sur tout le laïus accumulé, la Financière Tiepelo estime des actifs et leurs potentiels et distille ses précieux conseils sur les investissements en bourse et les valeurs à privilégier. À ce jour, 1,35 milliard d’euros sont gérés par les équipes d’Eric Doutrebente.

Et là, une autre question surgit sans doute dans votre esprit : comment donc Eric Doutrebente en est-il arrivé là ? Eh bien… C’est une longue histoire qui démarre alors qu’Éric n’est encore qu’un enfant.

Le parcours d’étude

Né dans une famille de financiers, Eric Doutrebente a pu compter sur les conseils avisés de son père. Dès son plus jeune âge, ce dernier l’initie à la gestion et aux rouages des mécanismes financiers. Alors que d’autres rêvent de devenir astronautes, Doutrebente sait d’ores et déjà que ses pas le mèneront au firmament de la finance.

En 1984, alors qu’il n’a que 24 ans, le jeune Éric décroche haut-la-main une Maîtrise en droit des affaires à l’Université de Paris II. Cette dernière marque la fin d’un parcours académique de quatre ans, au cours duquel ses connaissances ont été testées maintes fois. Bien que le périple ne fut pas de tout repos, Doutrebente est plus qu’heureux d’avoir atteint la lumière au bout du tunnel. Il ne lui reste plus qu’à sauter à pieds joints dans la vie active.

Le parcours professionnel

À la différence de nombreux étudiants, Doutrebente n’a pas eu à endurer un parcours du combattant lors de la recherche de stages. En effet, dès son admission à l’Université de Paris II, son intellect hors norme séduit les gérants de Wargny. Pendant cinq ans, il affinera ses compétences au sein de cette agence digitale dédiée aux marchés financiers.

Néanmoins, une fois diplômé, Éric aspire à plus. Même s’il est reconnaissant de l’enseignement reçu au sein de Wargny, il désire plus de responsabilités. C’est pourquoi, en dépit d’un marché difficile, il décide de mettre un terme à son contrat. Et là, la vie lui a réservé une surprise de taille.

En dépit de ses excellentes références, Eric Doutrebente passera un an à chercher un nouvel emploi. De 1985 à 1986, toutes ses demandes d’emploi se solderont par des retours négatifs. CV envoyés en vain, entretiens qui n’aboutissent pas à un contrat, … Pendant presque 12 mois, il en a vu des vertes et des pas mûres.

Heureusement, après une longue traversée du désert, Dame Providence finit par lui sourire de nouveau.

En 1986, il devient assistant de gestion au sein de la société de bourse Compiègne SA. Durant quatre ans, sa profession l’amènera à explorer tous les méandres de la finance. Ainsi, il réalisera diverses opérations telles que :

  • l’analyse financière ;
  • l’activité caisse de titres ;
  • la gestion des espèces de bourses françaises et étrangères ;
  • les cotations ;
  • les arbitrages sur les marchés à la criée ;
  • etc.

En 1990, son talent lui permet d’être coopté par une autre entité. Il est recruté comme gestionnaire d’Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) et de portefeuilles privatifs par Richelieu finance.

À ce poste décisionnel, il affûtera non seulement sa connaissance de la bourse mais aussi ses talents de manager. Déjà, ses collaborateurs verront en lui une étoile montante de la finance européenne. Ils sembleraient qu’ils aient eu raison…

La suite du parcours professionnel d’Éric Doutrebente se poursuivra au sein de Tocqueville finance. En 1997, il devient administrateur de l’entreprise de gestion financière. Très vite, il grimpera les échelons de ladite compagnie. D’administrateur, il deviendra associé, membre du comité exécutif, Directeur général délégué et enfin Directeur général. Tout cela en seulement sept ans.

Extrêmement doué avec les chiffres, Éric Doutrebente est un financier loué autant par ses clients que ses partenaires. Forcément, au moment où il annonce sa décision de quitter le groupe, les personnels de Tocqueville finance n’en reviennent pas. En dépit de propositions alléchantes, l’homme ne démord pas de son idée. Il sait qu’il est temps pour lui de donner corps à un rêve qu’il chérit depuis longtemps : fonder sa propre compagnie.

En 2008, il saute enfin le pas avec La financière Tiepolo. Localisée à Paris (France), l’entreprise fait très rapidement parler d’elle. À l’écoute des PME françaises, elle n’en oublie pas de garder un œil sur les marchés boursiers. 

Quand il n’est pas en train de scruter les variations des entreprises (en particulier les PME et les ETI), Eric Doutrebente prend plaisir à recevoir sa famille et ses amis. Dès que le costume-cravate tombe, c’est un amoureux des plaisirs simples qui fait son apparition.

Ses passe-temps

En compagnie de sa femme Stéphanie, il apprécie particulièrement les journées calmes d’été passées en bordure des rivières des Pyrénées. Quand le mistral fait souffler son vent glacial sur la France, il enfile ses chaussures de ski et fait du hors-piste. Au grand plaisir de son épouse et de ses sept enfants, le fait d’être devenu grand-père l’a incité à moins pratiquer cette activité.

Esthète dans l’âme, il aime se perdre dans les univers oniriques dépeints sur les peintures italiennes. En voiture ou en avion, il trouve la sérénité en s’immergeant dans une mélodie du chœur Fra Angelico. Au vu de ses passions, ce n’est pas une surprise… Il est amoureux de Rome depuis qu’il y a posé le pied à 22 ans. Et comment lui reprocher cette passion pour la Dolce vita ?

Plus d’informations sur Eric Doutrebente : Doyoubuzz et ici.

Edouard d’Espalungue d’Arros : une riche carrière en tant qu’analyste financier

Édouard d’Espalungue est un analyste financier, né le 21 septembre 1990. Sa carrière est très marquée par son passage chez Rothschild. Pourtant, ce diplômé du Queen’s University au Canada a poursuivi sa carrière dans le domaine financier.

Edouard d’Espalungue d’Arros : son parcours scolaire éclectique

Le parcours scolaire d’Édouard d’Espalungue d’Arros est marqué par une éducation anglo-saxonne. En effet, l’homme commence ses études universitaires aux États-Unis, à l’université d’UCLA en Californie en 2009. Son parcours concerne la diplomatie internationale et les affaires étrangères.

À son retour en France, il poursuit ses études à l’université d’Aix-Marseille où il obtient le diplôme de bachelor en Programmation, Économie et Management. En 2014, Edouard d’Espalungue d’Arros s’envole pour Chicago pour suivre un séminaire dirigé par le Pr Michael Gibbs. En 2017, il reçoit son diplôme de master en business international à l’université Queen’s au Canada.

Parallèlement à ses études, il commence sa carrière professionnelle en tant que journaliste dans le journal londonien « le Télégramme ». Il y travailla entre 2014 et 2016, l’année du Brexit.

La carrière de journaliste d’Édouard d’Espalungue d’Arros

Sa carrière de journaliste est marquée par ses nombreuses interviews de personnalités importantes. L’année de la sortie de l’Union européenne, ses reportages apportaient de réelles informations sur la situation nationale. Ses articles représentaient une occasion pour les lecteurs de s’informer. Cette année, il enchaina les interviews des personnalités politiques d’envergures, notamment des Premiers ministres anglais. Il a réalisé des entretiens avec Boris Johnson, Gordon Brown et Theresa May.

Pour un jeune journaliste, sa carrière commence de manière impressionnante. En effet, en 2016, il est accrédité pour suivre de près la campagne pour l’élection municipale à Londres. Cette élection opposait le conservateur Zac Goldsmith et le travailliste Sadiq Khan.

Un début fulgurant dans la finance chez le groupe Rothschild

Son entrée dans le monde de la finance commence en 2015. Cette année, il revient à Paris pour intégrer le groupe Rothschild, dans le département Asset Management. Cette institution est considérée comme un acteur incontournable dans l’asset management et la banque privée. Actuellement, le groupe bancaire est basé à Genève et est présent dans une quinzaine de pays, notamment en Europe.

Dans le groupe Rothschild, Edouard d’Espalungue est en charge de la recherche sur les actions européennes. Durant son passage dans ce groupe, il contribua massivement au développement des fonds « mid-caps ». Ce terme désigne une catégorie de sociétés dont la capitalisation boursière se situe entre 150 millions à 1 milliard d’euros. Un portefeuille boursier contient au maximum 20 % de mid caps pour être rentable. Après cette fonction, il occupe le poste d’assistant-gérant et prend en charge les fonds en obligations convertibles.

Edoaurd d’espalungue d’Arros débute sa carrière d’analyste chez KPMG

En 2016, il quitte le groupe Rothschild pour rejoindre Klinveld Peat Marwick Goerdeler ou KMPG en 2016. Il s’agit d’une société anglo-néerlandaise avec un vaste réseau. En effet, cette institution d’envergure mondiale possède des cabinets d’audit dans plus de 150 pays dans le monde. Actuellement, le groupe emploie plus de 227 000 salariés à travers le monde. Le réseau enregistre un chiffre d’affaires de 29,22 milliards en 2020.

Au sein de KPMG, il est mandaté aux services transactions. Dans ce poste, il est impliqué directement dans les transactions financières, notamment la vente des filiales du groupe comme la banque RBS. Il est aussi impliqué dans le succès des levées de fonds privées. Ces actions concernent surtout les secteurs technologiques et aéronautiques.

Il réalise les opérations de hauts de bilan pour le compte des fonds private equity. Ces opérations se définissent comme la participation dans les actions des sociétés non cotées en bourse. Le private equity permet de diversifier le patrimoine et procure des avantages fiscaux.

Ensuite, Édouard d’Espalungue est affecté au bureau de KPMG à Londres. À ce poste, il s’occupe de la gestion des activités de fusion et acquisition. Ce poste consiste à monter les dossiers et accompagner les entreprises lors de la négociation au cours d’une vente ou d’une fusion. Il travaille en étroite collaboration avec les autres équipes du Moyen-Orient et des États-Unis.

Il joue le rôle de conseiller dans la vente des actifs dans la sidérurgie. La vente des actifs est une opération financière en rapport avec la vente des biens d’une entreprise. Il participe aussi aux levées de capitaux des grands groupes internationaux. Dans cette optique, il accompagne les entreprises dans leur recherche de financement. Une levée de capitaux permet de trouver des financements d’une autre manière que dans les institutions de crédits.

Entre 2014 et 2017, Edouard d’Espalungue d’Arros fait carrière dans le domaine de la finance. Il est surtout spécialisé dans les transactions financières qui portent sur la vente des actifs, les levées de fonds et les opérations de fusions et d’acquisition. En 2020, après des années d’expérience dans le domaine financier, il crée sa propre entreprise. Il crée Digital finance grâce à des financements qui proviennent d’investisseurs institutionnels, qui sont essentiellement des Européens.

La création de Digital Finance

Les activités de Digital Finance se concentrent sur la gestion d’investissement digital. Ainsi, l’entreprise met à la disposition des utilisateurs une plateforme de gestion d’investissements et de fonds. Cette plateforme s’adresse aux investisseurs « retails » et institutionnels. Les investisseurs retails sont de petits investisseurs qui ne sont pas des professionnels. Ils participent au marché à travers des sommes moins importantes.

La plateforme met à la disposition des investisseurs un outil de gestion statistique à la pointe de l’innovation. Ces outils permettent de mieux gérer les informations et les données sur les marchés d’actifs numériques. Les investisseurs peuvent facilement investir dans des actifs numériques, qu’ils soient des amateurs ou des professionnels. Digital Finance propose une prestation à moindre coût avec des accompagnements sur mesure.

Edouard d’Espalungue d’Arros est également une personne active au niveau de la société. Il participe à travers des dons à la lutte contre le cancer du sein, l’éducation ou la pauvreté. Il collabore avec des associations comme Espérance banlieues, Europa Donna ou la Société Saint Vincent de Paul.

Comment combler les trous sur son CV ?

Vous craignez qu’un trou apparaisse sur votre CV d’étudiant ou de diplômé à cause du coronavirus ? Voici quelques conseils qui vous aideront à le remplir et à présenter vos activités du confinement sous leur meilleur jour.


Travailler son CV consiste à vous présenter sous votre meilleur jour possible. Vous pouvez développer sur les activités que vous avez pratiquées durant les périodes de confinement – les activités sur lesquelles vous écrivez peuvent indiquer à quel point vous êtes proactif, à quel point vous êtes résilient, à quel point vous êtes désireux de développer des compétences, à quel point vous êtes intéressé par un secteur spécifique, etc. C’est le cas même si, à première vue, vos actions ne semblent pas dignes d’un CV. Il s’agit simplement de les présenter sous le bon jour.

Quelles activités pouvez-vous alors faire apparaitre sur votre CV ?

Dans cet exercice, vous devez montrer que vous avez développé des compétences ou des connaissances ou acquis des informations sur vos mécanismes d’adaptation. Ainsi, par exemple, vous pourriez aborder:

1- Toute collecte de fonds caritative à laquelle vous avez participé.

2- Les détails de tous les moocs ou cours en ligne que vous avez suivis, y compris l’apprentissage des langues. 

3- Les détails de tous les webinaires que vous avez regardés ou auxquels vous avez participé – fournissez en le titre et les dates. 

4- Et même des activités telles que regarder Netflix, les jeux, la lecture et la cuisine. Cependant, attention à ne pas faire l’erreur d’écrire simplement « cuisiner » ou « regarder Netflix» dans la secteur Centres d’intérêt de votre CV ! Au lieu de cela, vous devez les transformer en un petit projet, une activité qui montre un peu de vos motivations personnelles.

Par exemple: « J’ai toujours été intéressé par la cuisine et j’ai pris en charge la planification des repas, les achats et la cuisine durant le confinement. Je nous ai nourris avec un budget défini et limité, et j’ai développé mes compétences en essayant de nouvelles recettes… »

Où inscrire ces activités sur votre CV ?

Cela dépendra de la structure et de la mise en page de votre CV ; si vous utilisez la structure « classique » de la plupart des étudiants et diplômés ayant suivi un parcours traditionnel de l’école à l’université, vous suivrez alors une mise en page chronologique peaufinée et vous pourrez choisir vos propres rubriques et regrouper les activités et intérêts comme vous le souhaitez.

Vous pouvez aussi ajouter ces activités sous forme de tirets/points dans une section intitulée « Expérience professionnelle et travail bénévole » si vous avez d’autres éléments à mettre dans cette section. Vous pouvez intégrer des moocs dans votre section « Éducation » et ajouter des webinaires à une section « Participation aux organismes professionnels ». 

S’il n’est absolument pas obligatoire de faire référence à ses activités de confinement sur son CV, envisager de le faire peut ajouter du poids à l’impression globale que votre CV dégage. 

Se différencier avec son CV. 

Les meilleures plateformes en ligne pour créer son CV en 2021.

Se différencier avec son CV !

Tout d’abord, il faut montrer que vous répondez aux exigences du poste souhaité. Ensuite, il vous faudra démontrer à quel point vous êtes spécial, à quel point ce poste est fait pour vous. Qu’est-ce qui fait de vous l’un des meilleurs candidats ? Dans un marché hautement concurrentiel, vous devez trouver des moyens de vous différencier des autres. Voici 5 astuces pour apparaître comme le candidat idéal pour votre poste cible.

Tout d’abord, il faut montrer que vous répondez aux exigences du poste souhaité. Ensuite, il vous faudra démontrer à quel point vous êtes spécial, à quel point ce poste est fait pour vous. Qu’est-ce qui fait de vous l’un des meilleurs candidats ? Dans un marché hautement concurrentiel, vous devez trouver des moyens de vous différencier des autres. Voici 5 astuces pour apparaître comme le candidat idéal pour votre poste cible.

Présentation visuelle impeccable

L’apparence de votre CV et de votre profil LinkedIn est généralement la première impression que le recruteur aura de vous. Sur votre profil LinkedIn, utilisez un portrait professionnel. Écrivez un titre qui résume votre parcours. Lorsque vous créez votre nouveau CV, utilisez un design contemporain avec beaucoup d’espace blanc. Combinez les listings et une mise en forme narrative pour faciliter une lecture rapide.

Mettez en valeur vos compétences difficiles à trouver

Les employeurs ont généralement une liste des exigences du poste. En outre, il existe des compétences souhaitées qu’un candidat de haut niveau peut posséder. Par exemple, cela pourrait être une expertise dans un langage de programmation complexe, des études supérieures dans un domaine de recherche étroit ou la maîtrise d’une langue étrangère. Vous devez alors mentionner ces compétences précieuses dans un court résumé en haut de votre CV et de votre profil LinkedIn.

Démarquez-vous avec des réalisations exceptionnelles

Vous êtes un excellent employé potentiel, alors prouvez-le ! Vous pouvez le faire en énumérant vos principales réalisations sous chaque emploi sur votre CV. Séparez ces solides réalisations en mettant des missions sous forme de liste. Incluez des chiffres pour quantifier vos résultats dans la mesure du possible. Lorsque vous rédigez le résumé de votre profil LinkedIn, pensez à ajouter vos trois principales réalisations au résumé. Vous pouvez ajouter un astérisque avant chacune des trois déclarations, afin qu’elles soient visibles lorsque quelqu’un examine rapidement votre profil.

Montrez votre crédibilité grâce aux certifications et à l’affiliation

Tous les professionnels ne prennent pas le temps d’obtenir des certifications ou de s’impliquer dans des associations professionnelles. Si vous avez des certifications et êtes membre de groupes professionnels, ajoutez ces éléments à votre CV. Il existe également une section sur LinkedIn (Organisations) dans laquelle vous pouvez afficher ces affiliations. Si vous avez occupé des postes de direction, assurez-vous de les noter.

N’oubliez pas que montrer votre capacité à exécuter les exigences de base du poste n’est que le début. Il y a probablement des centaines d’autres candidats qui remplissent également ces critères. Vous voulez montrer votre expérience, vos compétences et votre expertise uniques qui vous différencient. 

Comment personnaliser votre CV pour vous différencier ?

Créez l’impression du « candidat parfait »: Quels sont les objectifs de l’entreprise ? Problèmes ?Défis ? Ensuite, créez des points montrant comment vous avez déjà atteint ces objectifs et résolu les problèmes de l’entreprise.

Optimisation de la recherche de CV: La plupart du temps, votre CV sera pré-filtré par une base de données à la recherche de mots-clés – même si vous avez envoyé le CV à un ami de l’entreprise. Vous pouvez améliorer vos chances d’être vu en anticipant les mots-clés qu’une entreprise ou un recruteur est susceptible de rechercher – il y a généralement 5 à 10 mots-clés / expressions dans la description de poste ou l’annonce. Incluez ces mots-clés / phrases textuellement dans votre CV.

En reconversion professionnelle : comment rédiger son CV ? 

Comment faire un CV vidéo ?

Les reconversions professionnelles sont de plus en plus d’actualité : Mais comment créer le CV parfait dans ce cas de figure récurent ?

Faire un CV peut s’avérer être déroutant, et la majorité s’attardent trop sur sa forme, sans avoir le moindre retour positif. Voici une des raisons qui se présente comme un frein à la recherche d’un emploi. Alors comment, en situation de reconversion, convaincre les recruteurs de nous contacter ? 

De nos jours, on a tendance à nous conseiller de rédiger un CV de la même manière qu’on le rédigeait déjà dans les années 90… C’est vrai, pas grand chose n’a changé dans la façon de faire un CV entre ces années et aujourd’hui. Si tout le monde sait faire un CV classique, peu de gens en revanche savent construire un CV efficace. Avant toute chose, il est essentiel de comprendre deux points : 1. Un CV ne vous permettra jamais d’obtenir un emploi, mais vous permet d’obtenir un entretien ! 2. Il faut arrêter de se morfondre. Si l’on essuie beaucoup de refus, il faut assumer que son CV est peut-être à retravailler. Un CV doit refléter le meilleur du candidat. Or, dans la majorité, c’est loin d’être le cas. Malheureusement, le recruteur ne passera qu’un rapide coup d’oeil sur un CV, de l’ordre de quelques secondes… Alors si les qualités ne sautent pas au yeux du recruteur, ce n’est pas lui qui ira chercher les bonnes informations. Un CV doit raconter une histoire. Voici donc, en trois étapes, comment réaliser un CV reconversion efficace. 

1. Définir son Moi professionnel idéal, son avatar professionnel, profil, et ses traits de caractère. Ensuite, se demander quel est l’avatar idéal recherché par le recruteur. Une fois cela fait, il suffit d’aligner son profil avec le profil idéal recherché. Cela élaborera un fil conducteur et permettra d’orienter l’histoire de son CV.

2. La continuité cohérente. L’élément crucial qui en disqualifie plus d’un est d’avoir un CV « gruyère », avec différents trous d’inactivité inexpliqués de plusieurs mois dans son parcours. Or, si le recruteur remarque que depuis la dernière expérience professionnelle, il s’est écoulé plus d’un an, la porte se ferme automatiquement. Mais il est possible de combler ces trous. En reconversion, on peut expliquer avoir travaillé la faisabilité de son projet, par un bilan de carrière, un travail avec un coach par exemple. On peut aussi mettre en lumière les diverses formations suivies. Il s’agit de montrer que l’on ne s’est pas relâché, que l’on a été proactifs. Peut-être a-ton pu tenter de créer une entreprise. Cela pourra combler un trou de plusieurs mois sur le CV. Enfin, il est possible de justifier ces trous par l’investissement dans un projet personnel, cohérent ou non avec le métier convoité, ou bien par des activités associatives, en mettant en avant les implications et contributions au niveau collectif. Les missions d’intérim et autres préparations de diplôme ou de certification pourront également justifier de ces longues périodes d’inactivité.

3. Inscrire les résultats obtenus plutôt que les tâches exercées durant les expériences professionnelles. Le recruteur se moque de savoir si vous avez fait telle ou telle mission, il souhaite avant tout savoir les résultats que vous avez obtenus. Ainsi, il est plus simple de se différencier des autres candidats, qui auront très probablement inscrit ces mêmes tâches pour décrire leurs expériences. Il faut penser « valeur ajoutée » ! Avoir « 20 ans d’expérience » dans tel ou tel domaine ne vente en rien les mérites d’une personne. Rien ne prouve que, durant ces vingt années, le temps passé à la machine à café n’était pas supérieur au temps d’investissement et de travail dédié à l’entreprise. Il sera d’avantage concluant de parler en terme de résultats et de chiffres pour rendre compte de ces années d’expérience. C’est en ce point qu’un cv fera notamment la différence, entre un CV classique, et un CV résultat.

Peu d’expérience : Comment rédiger son CV ?

Lire aussi : Comment rédiger un CV moderne en 2021 ? 

Peu d’expérience : Comment rédiger son CV ?

En reconversion, à la recherche d’un contrat d’apprentissage, d’un stage, ou d’un emploi, il est parfois compliqué de savoir de manière très précise, comment organiser son cv. Voici donc quelques astuces et étapes à suivre afin de fournir un cv au top ! Certains logiciels pourront aussi vous aidez dans la réalisation ce cv. 

Tout d’abord, fixez des objectifs ! Votre cv se doit d’être attractif, par le contenu, et par le visuel. Il doit être clair, lisible, et, dans l’idéal, se démarquer de celui des autres candidats. 

Première étape : Préparez le contenu de votre cv. Il devra s’organiser en différentes parties : la partie comprenant vos coordonnées, puis votre formation, vos expériences professionnelles, vos compétences, et finalement vos centres d’intérêt. Vous pourrez prendre certaines libertés et ajouter des parties telles qu’un court texte de présentation, une partie personnalité, et un espace pour ajouter votre photo. 

Partie coordonnées : assez simple de remplir cette partie. Il vous suffira d’y indiquer votre nom, prénom, adresse mail professionnelle, numéro de téléphone, votre adresse, votre âge. N’oubliez pas d’indiquer dans cette partie si vous disposez du permis de conduire et si vous êtes véhiculé, ça peut être un énorme plus !

Le titre : Il s’agit ici d’indiquer le poste pour lequel vous postulez (indiqué dans l’annonce), dans le cas d’une candidature envoyée suite à une annonce, ou bien du poste que vous recherchez, dans le cas d’une candidature spontanée. 

La formation : Pour chacune des formations que vous indiquerez ici, pensez à notifier le nom de l’établissement dans lequel cette formation a eu lieu, le lieu, la date, le diplôme obtenu (ou en cours), et éventuelle la mention décrochée. 

Les expériences professionnelles : C’est souvent la partie que l’on redoute le plus. Il faut savoir que cette partie peut également contenir des expériences telles que des jobs d’été, des stages, des contrats d’intérim, des interventions au sein d’associations… Bref, pensez à tous ce qui peut être assimilé à du travail ! Pour chacune de ces expériences, indiquez les missions réalisées. 

Les compétences : Vous pouvez organisez cette partie comme vous le souhaitez, mais l’idéal reste de le faire comme suit. Tout d’abord, les compétences linguistiques : indiquez ici la langue parlée ainsi que votre niveau (B1, C2…). Dans un second temps, les compétences informatiques : idem, indiquez le logiciel que vous maitrisez et votre niveau. Vous finirez par indiquer vos compétences acquises soit à l’école, soit au cours de vos expériences professionnelles.

Les centres d’intérêt : Essayez de faire orignal ! Évitez les cinéma, lecture et autres BD… l’idée est d’être assez précis et de montrer votre implication dans vos passions et passe-temps. Indiquez par exemple si vous faites du sport, à quelle fréquence, si vous êtes investi dans une association…

Les petits + optionnels : Lorsque l’on a peu d’expériences, ces petits plus sont idéals pour meubler votre cv. Il y a notamment la photo. Si elle n’est pas obligatoire, elle peut parfois vous avantager. Oubliez les selfie, montages, photos de vacances et autres. La photo se doit d’être très professionnelle. Optez pour un fond sobre, et une tenue neutre et sobre. 

Une courte présentation : Cette partie peut vous servir à mieux vous faire connaître du recruteur. Enfin, vous pourrez faire part de certains points de votre personnalité. Pensez aux adjectifs tels qu’autonome, sociable, discipliné, professionnel, ponctuel, organisé… En bref, des qualités souvent valorisées par les recruteurs, mais surtout, qui vous correspondent ! Inutile de vous appropriez des qualités qui ne vous appartiennent pas, le recruteur risquerait de le sentir si il décide d’aller plus loin dans le processus de recrutement. 

Comment reconnaître un fake CV ?